L’impact du burnout sur le cerveau est durable

Les chercheurs du Centre de psychiatrie et neurosciences du Centre Hospitalier Sainte-Anne (Paris)  ont démontré il y a quelques années que le phénomène de dépression altérait significativement les facultés cognitives des sujets.

Une étude très intéressante réalisée par une équipe de psychologues de l’Institut Karolinska (Suède) tend à démontrer que le stress chronique et le burnout provoquent aussi chez les patients soumis à ces troubles des modifications physiologiques du cerveau, particulièrement autour de l’amygdale.

Ces modifications sont irréversible certes, mais nous connaissons la plasticité du cerveau et son extraordinaire pouvoir d’adaptation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :