Sélectionner une page

Surcharge de travail, manque de sommeil et sentiment de ne plus être maître de son destin ont conduit à l’épuisement professionnel plus d’un tiers des agriculteurs de Saône-et-Loire en 2019, selon une rare étude de fond sur le sujet, portant sur ce seul département.

Pourtant, il y a quelques années, la Coordination Rurale alertait les pouvoirs publics sur les chiffres dévoilés par une étude du cabinet Technologia qui visait à définir les facteurs et les signes de l’épuisement et du sur-engagement professionnel, en d’autres termes : « le burn-out ». Les résultats font froid dans le dos, mais sont hélas cohérents avec ce qui se passe pour le suicide : c’est le monde agricole qui est le plus touché !

On ne le sait pas forcément, mais les agriculteurs constituent la catégorie sociale la plus exposée au burn-out, devant les cadres, artisans, commerçants et chefs d’entreprise ! Les agriculteurs français sont épuisés émotionnellement, physiquement et psychiquement pour un travail choisi par vocation, où l’on ne compte pas ses heures et qui empiète sur l’ensemble de leur vie.

Dans cet article du Figaro, vous découvrirez la réalité d’une profession souvent oubliée dans les statistiques.

%d blogueurs aiment cette page :