COVID-19: prendre soin de sa santé mentale pour ne pas dévisser pendant la pandémie

La catastrophe tant redoutée au printemps n’a pas eu lieu. Les hôpitaux psychiatriques n’ont pas connu d’hécatombes ni d’épidémie de formes graves de Covid-19, les services ont tenu.

En revanche, les patients n’ont pas été épargnés par l’anxiété qui a touché, selon Santé publique France (SPF), 26 % des Français au début du confinement, jusqu’à 18 % à la fin par rapport à 13 % hors épidémie. Dès le déconfinement, les médecins ont constaté une augmentation des demandes de consultation pour des troubles dépressifs et anxieux, chez des patients déjà suivis mais aussi des personnes peu coutumières de la psychiatrie.

Et vous, comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

Voici des stratégies d’autogestion de la santé et les soins dont vous avez besoin pour vous aider à faire face à la situation.

Un avis sur “COVID-19: prendre soin de sa santé mentale pour ne pas dévisser pendant la pandémie

  1. Oui.. merci d’appuyer sur ce point. Je le constate tous les jours.. l’anxiété dont vous parlez est bien réelle, notamment là où on ne l’attend pas nécessairement :
    Chez les jeunes.
    Puisqu’ils sont officiellement épargnés par l’épidémie et en dehors de la sphère économique, on a tendance à considérer qu’ils sont assez peu concernés.
    Or, ils ressentent de manière aiguë la fermeture du champ des perspectives et son très réceptifs au stress de leurs aînés.
    La différence étant qu’ils ont une plus faible aptitude à la gérer et se laissent ainsi aller au repli.

    Leur quotidien de délite chaque jour un peu plus, et les encadrants du corps enseignants, soumis à des contraintes démultipliées, sont peu disponibles pour contribuer à apaiser ces manifestations.
    Là où il faudrait libérer de leur temps pour aller vers un accompagnement personnalisé, les établissements de l’enseignement supérieur, eux mêmes en proie à l’incertitude au quotidien, accroissent leur charge de travail de manière souvent erratique.

    Pourtant, la position de premier rang qu’ils occupent dans la vie des étudiants, pourrait être mise à profit dans ces temps si particulier.
    A n’en pas douter, les enseignants retrouveraient du sens à leurs journées…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :