Marc, 30 ans de police à Bordeaux, raconte son burn-out : « Oui, j’ai pensé au suicide »

De plus en plus de cas de dépression sont constatés parmi les forces de l’ordre. Des centaines d’arrêt de travail sont déposés chaque jour.

D’après des sources syndicales, plus de 50% des policiers ont déjà connu un arrêt de travail pour dépression ou burn out depuis le début de l’année 2020. Ils témoignent d’un manque de reconnaissance et de soutien de la hiérarchie. Pour les psychologues les policiers sont soumis à trop de contraintes.

Perte de sommeil, larmes, pensées suicidaires… Marc (son prénom a été modifié), bientôt 30 ans de police à Bordeaux (Gironde), a été victime d’un burn-out.

Il témoigne de ses douleurs profondes, mentales et émotionnelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :