Sélectionner une page

Qu’est-ce qui aide les gens à rester en bonne santé?

C’est cette simple question qui est à l’origine du concept qui porte le nom compliqué de salutogenèse. Ce nom dérive du latin «salus» (santé, salut, conservation) et du grec «genesis» (genèse, origine, création) et signifie donc «origine de la santé». La salutogenèse met l’accent sur la santé et constitue l’opposé de la pathogenèse, laquelle s’intéresse surtout à la maladie.

Elle substitue la question : « quelle est l’origine de la santé » à la question que la médecine se pose depuis au moins Esculape et, avant lui, probablement à Chiron lui-même, : « quelle est l’origine de la maladie? »

Bien sûr le type de question auquel on s’efforce de répondre, déterminera le geste thérapeutique : dans la vision pathogénique on s’efforcera d’éviter les facteurs pathogènes voire de les prévenir.
Ainsi, face à une infection on se demandera avant toute chose qui nous a infecté ? Par quel virus ou bactérie ? quel recours antibiotique mettre en œuvre ? Par quels moyens se protéger à l’avenir ?
Toutes attitudes logiques et valables bien sûr.

Alors ce changement drastique de point de vue sur nos maladies, en particulier psychiques, peut-il s’appliquer en entreprise et prendre toute sa place dans les protocoles de la médecine du Travail ? Ou mieux encore, dans la relation entre des Bienveilleurs et les collaborateurs ?

Quelques éléments de réponse dans cet article ?

%d blogueurs aiment cette page :